mercredi 2 août 2017

Pourquoi le militantisme végane me fatigue

Titre volontairement provocant.

Ca fait des mois que je pense à cet article, à comment je vais le tourner pour éviter le shitstorm, et bien expliquer ce qui ne me va pas.
Puis je lis cet article, que personnellement je trouve très bien, dans l'ensemble, mais évidement je le vois se faire basher. Et par des gens que j'apprécie dans le véganisme en plus. ça me rend triste et je me dis que je vais enfin développer ma pensée. En essayant de ne pas trop me perdre ce qui va être coton parce que j'ai beaucoup à dire et toujours du mal à organiser mes pensées.

C'est un fait il y a beaucoup de véganes que je ne supporte pas/plus.
Je suis végane depuis 2ans, et à peine quelques mois après le début de mon véganisme j'ai littéralement fuis les groupes facebook sur le véganisme.
Si moi, qui ai des convictions fortes, j'ai craqué, je n'imagine pas les indécis.

Qu'est ce qui ne va pas dans cette lutte et qui est selon moi à réfléchir... plein de choses vraiment.
Comme dit dans l'article de Hylfee (que je ne connais pas du tout je le précise) il y a beaucoup de sexisme, de classisme, de psychophobie dans cette lutte que je considère pourtant on ne peut plus légitime.

2eme point et pas des moindres... beaucoup de bullshit et de pseudoscience type "l'humain est herbivore renseignez vous"... really.... Non, l'homme est surtout opportuniste.
Il peut se passer de produits animaux (grâce à la découverte de la b12 par ailleurs!) mais il n'est pas "herbivore".

Il y a aussi un autre problème dans cette lutte: c'est l'émotionnel. C'est vrai, moi aussi quand j'ai vu Earthlings j'ai eu envie de le passer en boucle sur tous les murs de Paris pour faire un électrochoc aux gens. Parfois j'en ai encore envie. C'est ce moment où tu te dis que tous les carnistes sont des nazis.
Le problème c'est que clairement bah non. ça serait trop simple. Quel végane peut se targuer de n'avoir que des ami-e-s véganes? Pas moi et encore j'ai de la chance avec un entourage plutôt végane.
Le carnisme est quelque chose de tellement ancré.
Normalement le cheminement est le suivant: questionnement, matage d'Earthlings ou assimilé, dégoût/colère émotion, réflexion, action.
Certains véganes restent au stade émotionnel. Je le comprends mais je suis plus dans une lutte pragmatique (bein oui ça marche mieux) et dans le respect des autres luttes et des autres humains.

ET dans le respect de la science. Non non, nous ne sommes pas herbivores c'est du bullshit. Gardez vos anatomies comparées s'il vous plait et prenez votre b12.
Soit dit en passant, il est clair qu'il vaut mieux quatre végétariens (oui je sais pour les produits laitiers les oeufs toussa merci, je suis végane) qu'un végane relou qui nous fait passer pour des hippies débiles pseudoscientifiques ou qui ne veut pas prendre le bus parce que y'a peut-être 1% de produits animaux dedans par exemple. C'est juste mathématique et pragmatique.
Au passage le véganisme parfait n'existe pas, qui sait s'il n'y a pas 1% de colle de poisson dans ton papier à dessin. On peut juste tendre vers le véganisme.

Je pense que c'est normal que ça soit beaucoup centré sur l'émotionnel, d'abord parce que c'est une lutte relativement jeune, et ensuite parce que quand tu vois pour la première fois des images d'abattoirs bah tu as clairement la haine du monde entier.
Je pense qu'il faut voir ces images au moins une fois, pour l'electrochoc, mais pas forcément plus à moins d'être masochiste. Et ensuite passer à la réflexion et à l'action.
Je ne partage plus d'images ou de vidéos d'abattoirs sur mon mur facebook tout simplement pour ne pas traumatiser des véganes qui savent déjà et n'ont plus envie de voir ça. Je pense que c'est le taff entre autre de L214 de faire ça.

Comment selon moi améliorer la lutte. Vaste programme et je ne me considère pas plus intelligente qu'un-e autre.

Un peu plus d'empathie.
NON ce n'est pas si simple pour tout le monde, en particulier socialement.
Quand tu es sous le seuil de pauvreté et que ta vie se résume à survivre, bosser, t'occuper de tes gosses, dormir, et en plus te battre au quotidien contre le racisme que tu subis, tu as moins de temps de cerveau disponible, mais ce n'est qu'un exemple.
Il faut le prendre en compte et ne pas brandir les "larmes de carnistes" pour tout et n'importe quoi.
Prendre en compte ses propres privilèges.
J'ai personnellement mis du temps à devenir vraiment végane, en passant d'abord par le végétarisme, je serais mal placée pour juger.

Par exemple l'entourage, les moyens, la motivation mentale, le temps, la santé.
Oui il est aussi plus compliqué de devenir végane quand on est allergique à la moitié des légumes, au soja ou que sais-je.
Où quand on doit souvent manger dehors, vu qu'il y a très peu de choix.

J'ai pris conscience en allant à Aubusson cet été que non, tous les Intermarchés ne contenait pas des nuggets et des cordons bleus véganes, vu que je n'y ai même pas trouvé un houmous.
Je ne dis pas que c'est impossible et qu'il ne faut pas tendre vers le véganisme quand même, je dis qu'un peu d'empathie envers les gens qui ont des situations plus difficiles pour passer le cap ferait du bien au mouvement.
Montrer et prouver par l'exemple que ce n'est pas si compliqué au moins pour l'alimentation et que se sont surtout des habitudes à prendre. On a trop tendance à s'imaginer que c'est très difficile alors que franchement on s'habitue très vite.

Balancer des recettes, des photos de bonne bouffe, personnellement quand on me parle de la nourriture à base de cailloux des véganes je balance la page facebook What Fat Vegan Eat.
Et je parle de bouffe et de gras façon Karadoc la moitié du temps.
Faire remarquer que n'importe quelle bouffe est meilleure et satisfaisante quand on ne se sent pas coupable en mangeant.
Créer de l'offre, parce que tout le monde ne veut pas se passer de nuggets ou n'a pas le temps de cuisiner bien malheureusement.
En plus plus il y aura de choix, et moins ça sera hors de prix (oui j'aime les similis, et non je ne vois pas le problème).

Plus de bullshit pseudoscientifique par pitié.

Plus de termes qui blessent les victimes d'oppressions humaines ou de récupérations des autres luttes (racisme, sexisme, psychophobie, classisme etc).

Se remettre toujours en question.

Se rappeler qu'on ne devient pas subitement un ange en devenant végane, et se rappeler qu'on le fait pour les animaux, pour la justice et pas pour se faire mousser. Un peu d'humilité c'est pas mal.

Pour les carnistes maintenant (ceux qui savent très bien et s'en foutent totalement ou n'ont juste même pas envie d'y réfléchir 5mn) cet article n'est pas là dans le but de vous brosser dans le sens du poil, je suis et resterai une militante végane, ne vous en servez pas pour nous descendre, j'en ai aussi à votre sujet. ;)

Heureusement je connais aussi bon nombre de véganes logiques et empathiques.

En résumer: informer au maximum et réapprendre l'empathie et le pragmatisme.

J'oublie sans aucun doute des choses, sachez que je vais continuer à y réfléchir.
D'ici là bon app.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire